Le mot de la Directrice du Musée de Bourgoin Jallieu Madame Brigitte Riboreau

L’histoire du Nord-Isère se caractérise par son identité industrielle textile et ses savoir-faire dans le domaine de l’ennoblissement. Le parcours du Musée de Bourgoin-Jallieu, l’un des équipements muséographiques phare du Nord-Isère dans le champ du textile, explore cette histoire, des premiers tampons d’impression aux dernières technologies informatiques, autour de trois axes forts : les hommes, les techniques et les étoffes. Ses principaux domaines d’étude concernent l’histoire du textile (tissage et ennoblissement) en Auvergne – Rhône-Alpes et plus particulièrement en Nord-Isère, son territoire et son patrimoine ainsi que les peintres Victor Charreton (à l’origine du musée) et Alfred Bellet du Poisat dont les notoriétés ont largement dépassé les frontières de la région. Des expositions temporaires permettent d’aborder chaque année l’un ou l’autre aspect de ces missions et d’étudier les collections du musée aussi bien que le patrimoine du Nord-Isère, l’histoire du textile en lien avec la mode, les techniques et les hommes, la création contemporaine et le textile.

En 2009-2010, le Musée de Bourgoin-Jallieu a conçu et réalisé en partenariat avec le Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne une exposition intitulée « Textiles techniques et fonctionnels. Matériaux du 21e siècle » mettant en avant le dynamisme et l’excellence des entreprises de la région Rhône-Alpes et notamment du Nord-Isère dans ce domaine aux applications multiples.

En 2015, Anna-Barbara Aumüller et le Musée de Bourgoin-Jallieu nouaient un premier partenariat avec l’exposition « Artisans du luxe » présentant 45 créations d’exception, réalisées avec la collaboration de 750 entreprises de renom et les lauréats du concours « Un des meilleurs ouvriers de France » en tissage, impression sur étoffe et velours au sabre. La mode et les savoir-faire de l’industrie textile et de la Haute Couture étaient ainsi mis à l’honneur.

En 2020, l’exposition « Mode au futur » consacre un nouveau partenariat entre Anna-Barbara Aumüller et le Musée de Bourgoin-Jallieu en réunissant les deux domaines précédemment abordés.

Le futur des matériaux textiles est ici présenté avec le concours de nombreuses entreprises dont les applications médicales, les matériaux dits ’intelligents’, les matériaux fonctionnels et adaptatifs, etc. sont détournés de leur usage premier et font l’objet de créations de mode luxe, combinant l’aspect esthétique aux caractéristiques fonctionnelles. Le recyclage, ou plus exactement le ’surcyclage’ et les pratiques durables sont également au cœur des préoccupations d’Anna-Barbara Aumüller, à l’instar de créateurs de mode de plus en plus nombreux soucieux d’une certaine éthique. Ainsi, selon Wen Zhou, PDG de 3-1 Philippe Lim, lors d’un échange organisé le 7 mai 2020 par le magazine Vogue durant la crise sanitaire de la covid-19, « Nous devons nous demander : qui fabriquent nos vêtements ? Qui nous fait des propositions pour que nous choisissions mieux ? Pour que nous puissions nous détourner de la fast fashion, et décider d’acheter moins ? Pour que ce ne soit pas qu’une question de prix, mais aussi d’art et de savoir-faire », déclare-t-elle. « Si j’avais une baguette magique et que je pouvais améliorer notre industrie, je ferais en sorte que l’on travaille tous ensemble et que l’on ne mesure pas notre succès simplement en fonction des profits. […] Les ressources humaines et l’art devraient être une chose que nous pouvons tous partager, en tant que consommateurs et que créateurs. »

De même, Martin Margiela, qui travaille dans ce sens dès les années 1980, impulse cette dynamique dans ses collections, en particulier avec la collection automne 2020 – hiver 2021 élaborée par John Galliano à partir de vêtements upcyclés (surcyclés en français) ou une collection d’accessoires réalisés à partir de rebus de cuir haut de gamme.

La filière des matériaux textiles est une filière essentielle car elle répond à l’évolution des modes de production et de consommation, tant dans les activités de fabrication que dans des secteurs industriels aval et connexes. Aujourd’hui, les nouvelles fibres ne sont plus une simple alternative mais de nouveaux matériaux qui jouent un rôle clé et occupent une place prépondérante dans de nombreuses applications de notre quotidien sans que bien souvent nous en ayons conscience. Des savoir-faire traditionnels comme la broderie, la rubanerie ou la dentelle, certains tissages voire l’ennoblissement interviennent dans la fabrication de ces nouvelles matières de plus en plus présentes dans la mode au futur.

Brigitte Riboreau,

Directrice du Musée de Bourgoin-Jallieu