L’association est à l’origine du premier salon de mode éthique en France, “Ethical Fashion Show” en 2004. Elle œuvre depuis 15 ans à transformer l’industrie de la mode, notamment en proposant des actions concrètes lors de la COP 21 et 22, puis en créant un booklet de sensibilisation avec l’Ademe et une exposition « Le Revers de mon Look, quels impacts ont mes vêtements sur la planète ? ». Elle a aussi conçu une exposition en perpétuelle évolution « Parures, objets d’art à porter ».

Au cours de ses diverses expériences, elle a constaté que les jeunes designers, notamment dans les pays émergents, étaient confrontés aux mêmes problèmes. L’entrée dans une économie de marché va toujours de pair avec l’essor de la fast fashion. Le fait main dans le respect des savoir-faire a tendance à disparaître au détriment d’une fabrication rapide, de piètre qualité et pas chère. La délocalisation visant à amoindrir les coûts de fabrication entraîne une diminution de la qualité de nos vêtements et des conditions de travail toujours plus insoutenables, sans parler de l’uniformisation des vêtements du Nord au Sud.

Suite à cet état des lieux, elle a conçu l’exposition « Parures, objets d’art à porter » qui a pour but de reconnecter les individus aux savoir-faire textiles, d’en retracer les origines et de les revaloriser, par le biais de pièces proches de la Haute Couture.

“Parures, objets d’art à porter” est un manifeste pour engager le public vers une mode plus durable, en montrant la richesse des métiers d’art liés au textile. Si notre planète dispose de ressources épuisables, les êtres humains ont, eux, une créativité inépuisable.

Pour nous, le futur de la mode est innovant, créatif et éthique, et il prend en compte les savoir-faire textiles internationaux qui font la richesse des cultures.

Isabelle Quéhé

Créatrice de Universal Love