La crise sanitaire que nous traversons a eu des effets radicaux pour l’ensemble de la filière textile, dont les effets vont continuer de se faire sentir pendant encore plusieurs mois. Après une mise à l’arrêt brutale de la production et de la distribution, au sortir d’une période relativement anxiogène, l’envie d’un monde d’après s’est faite de plus en plus ressentir. Des personnes étant souvent déjà convaincues dans leur for intérieur (restées aux premières étapes d’une transition en devenir) et des personnes pour qui cette pandémie a servi de déclic, se sont soudainement intéressées à une mode juste, durable et qui a du sens. Beaucoup ont aussi (re)découvert l’utilité et le savoir-faire des couturières. Les gens avaient besoin de temps ; ce laps de temps inattendu a été mis à profit pour chercher, s’intéresser, comprendre. Une quête de sincérité et d’authenticité qui a permis à des entreprises engagées de devenir plus visibles et à d’autres de se remettre en question. Un changement possible, un avenir souhaitable dont il ne tient qu’à nous de le rendre concret.

 

Thomas Ebélé